La carte postale :
le trait d'union entre le passé et le présent


Le 18/04/2024 - feed-icon.png

img/allemand.gif img/anglais.gif img/espagnol.gif img/francais.gif img/portugais.gif

Cartes postales de Lourdes (suite 2)


lourdes25.png

Bernadette Soubirous

personnages163.jpg

234 Lourdes. – La bienheureuse Bernadette Soubirous- LL
Lévy et Neurdein réunis, Paris, imp.

Bernadette Soubirous est née à Lourdes le 7 janvier 1844 dans une famille de meuniers qui vivait assez aisément dans les premières années de la vie de Bernadette.
   Peu à peu, des ennuis de santé s'accumulent dans la famille. Les moulins à eau commencent à disparaître, c'est le début de l'industrialisation. L'argent vient à manquer au moulin. Louise et François Soubirous s'endettent comme tant d'autres.
   En 1854, avec leurs 4 enfants ils doivent quitter le moulin de Boly. Ils changent plusieurs fois de domicile, chaque fois moins cher et plus petit jusqu'à être hébergés gratuitement dans une seule pièce sombre et insalubre de l'ancienne prison de la ville, le Cachot.
   Pour les Soubirous c'est l’enchaînement de la misère : chômage, expulsion, soupçon, exclusion, mépris... Bernadette a une santé précaire, elle souffre de l'estomac et, touchée par une épidémie de choléra elle en gardera un asthme tenace. Elle ne sait ni lire, ni écrire.
   Le 11 février 1858, Bernadette de Lourdes eut la vision de la Vierge-Marie. Elle n'a que quatorze ans. Durant les six mois suivants, elle eut dix-huit visions «La Dame se définit elle-même comme étant l'Immaculée Conception» disait-elle. Une dame très belle, qui fait le signe de la croix lui sourit. Elle tombe à genoux et en présence de l'apparition, récite son chapelet. Les apparitions à sainte Bernadette de Lourdes sont à l'origine d'un des plus grands pèlerinages.

www.sainte-bernadette-soubirous-nevers.com (*1)

lourdes19.jpg

Les Hautes-Pyrénées
836.- Lourdes.- Maison paternelle de Bernadette Soubirou

Éd. « Pyr.-Océan », Labouche frères

Rue des Petits-Fossés, rue torte et scabreuse, bonne pour les chèvres, une pauvre femme, Louise Soubirous, et son mari un pauvre homme, occupent, avec leurs cinq enfants, une chambre unique, située au rez-de-chaussée d'une humble maison, au bout d'une allée sombre.
   Le feu s'éteind dans l'âtre; le froid augmente:
   «Marie, il faudrait faire un fagot. Tu pourrais y aller avec Jeannette...»
   Jeanne Abadie, une voisine...
   «Bernadette aussi peut bien venir...?»
   Mais la mère hésite. À quatorze ans, Bernadette, l'aînée de ses enfants, est si chétive!
   À Bartrès, chez sa nourrice, d'où elle arrive, la fillette ne savait que garder le troupeau, perdue dans les chênaies d'où elle pouvait apercevoir le pic du Midi, le pic Viscos. En proie à une toux nerveuse, elle n'a pas pu apprendre à lire ni à écrire. Bernadette parle peu et ne parle que patois; seulement, elle garde dans son souvenir les lectures de la Bible et des Quatre Fils Aymon, faites par son nourricier, le père Lagûes, qui, lui, sait lire; pour elle demeurent inoubliables les veillées dans la vieille église de Bartrès, petit village de quatre cent âmes, niché à une lieue de Lourdes, et qui a pour desservant le frère du père de Lagûes. Sur ces veillées dans l'église, régnait une belle dame au manteau de lin, Notre-Dame de la Vierge...
   Bernadette a suivi Marie et Jeanne, au bord du Gave, de l'autre côté du château. Dans l'île du chalet, en face du rocher de Massabielle, dont les sépare l'étroit chenal du moulin de Sâvy, les fillettes ne trouvent que quelques branches mortes.
   «Passons!» dit Jeanne.
   Jeanne Abadie franchit le chenal, suivie de Marie Soubirous; mais Bernadette hésite à les rejoindre. Le froid pince. Engoncée dans son grand capulet blanc, il lui en coûte de quitter ses sabots, d'enlever ses bas. Enfin elle se décide.
   Midi. L'Angélus.

lourdes12.jpg

Les Hautes-Pyrénées
840.- Lourdes.- La Vierge de la grotte

Éd. « Pyr.-Océan », Labouche frères

   Des montagnes neigeuses, on dirait qu'accourt un grand vent d'orage; Bernadette lève les yeux vers les arbres, vers les chênes qui l'environnent; pas une des feuilles rouillées ne remue; et de nouveau, le souffle immense s'élève.
   Jésus! Une clarté merveilleuse resplendit. Le roc de Massabielle n'est plus que lumière; la grotte sombre s'éclaire; la pastoure tombe à genoux dans le soleil. En tremblant, Bernadette dit son chapelet. Quelque sorcière ne lui a-t-elle pas jeté un sort? N'est-ce-pas le diable qui la tourmente?... Mais non, une forme blanche apparaît, une figure qui vient du ciel. ...
   L'enchantement s'est dissipé.

lourdes20.jpg

Les Hautes-Pyrénées
861.- Lourdes.- ‘Apparition

Éd. « Pyr.-Océan », Labouche frères

   L'aînée des soubirous traverse le Gave, retrouve ses petites compagnes... Les jours suivants, obéissant à quelques mystérieux rendez-vous, elle reprend le chemin de Massabielle. La belle Dame lui apparaît alors vêtue de blanc et plus royale qu'une reine. Sur ses pieds nus, fleurissent deux roses d'or.
   Un mardi, la Dame commande: «Allez dire aux prêtes qu'il faut bâtir ici une chapelle!»; le jeudi: «Allez boire à la fontaine et vous y laver.»
   Le 4 mars, la Dame exige qu'on bâtisse une chapelle où tous les peuples de la terre se rendront en procession. Le 25 du même mois, joignant les mains, la Dame lève les yeux au ciel et dit: «Je suis l'Immaculée Conception.»
   Nul n'ignore comment le vœu de la Dame blanche, entrevue par la petite bergère, fut magnifiquement exaucé.
   Après la guérison du vieux Bourriette, recouvrant la vue, et du jeune Justin Bouhohorts, revenant de mort en vie dans l'eau glacée de la fontaine, on sait quelle atmosphère de miracle baigna encore cette terre privilégiée.

personnages216.jpg

80, Lourdes,- Mgr Peyramale, curé de Lourdes du temps des apparitions
Édition F. Viron

   En dépit de l'opposition des autorités civiles, du procureur impérial, du juge de paix et du maire de Lourdes, surtout du préfet des Hautes-Pyrénées, malgré la réserve de l'évêque, Mgr Laurence, la nouvelle merveilleuse se propageait. Quand on voulut fermer la grotte, la montagne s'insurgea. Le premier, Mgr Laurence se rendit aux fougeuses adjurations de l'abbé Peyramale, curé de Lourdes, lequel, après avoir mis en doute la réalité des apparitions, maintenant les défendait...

   De par le roi, défense à Dieu
         De faire miracle en ce lieu
...

lourdes20.jpg

Les Hautes-Pyrénées
897.- Lourdes.- Le monument à Bernadette

Éd. « Pyr.-Océan », Labouche frères

   On songe au diacre Pâris et aux cruels évènements de Saint-Médard, lorqu'on voit le préfet de Tarbes faire mettre une palissade à la grotte de Massabielle; mais la palissade va tomber sur un ordre de Biarritz, où villégiature l'empereur.
   Cédant aux prières de l'impératrice, une fois de plus, Napoléon III, souverain humanitaire et socialisant, a pris le parti du menu peuple, des petites gens, contre les puissants de ce monde. Non, Napoléon ne fera pas "défense à Dieu de faire miracle en ce lieu".
   C'en est fait. On reconnait que Bernadette a bien vu la Vierge; elle sera l'élue et la martyre. La palissade, on la renverse. La grotte n'a pas fini de faire des miracles.

"Mes Pyrénées de Gavarnie à la Méditerranée" (*2)

Bernadette à Nevers

personnages163.1.jpg

Photographie authentique de Bernadette en 1866
(Archives Saint-Gildard de Nevers)

Imprimerie M. Lescuyer et fils/ Lyon

Le 30 octobre 1867, avec 44 novices, Bernadette fait son premier engagement dans la vie religieuse chez les Sœurs de la Charité à la Maison Mère de la Congrégation, appelée alors Saint-Gildard, à Nevers (Nièvre 58). Baptisée sœur Marie-Bernard, elle y mène une vie simple. Malgré une santé de plus en plus chancelante, elle accomplit avec amour sa vocation religieuse au service des malades et des pauvres.
   Elle meurt le 16 avril 1879 à l'âge de 35 ans et inhumée dans la chapelle Saint Joseph située au milieu du jardin.
   Trois exhumations du corps effectuées en septembre 1909, en avril 1919 et en avril 1925, auront été nécessaires pour les démarches de la béatification et la canonisation de Bernadette. À chaque fois, son corps est découvert intact, dit-on. Certes, il a noirci, les yeux et le nez sont endommagés mais le reste est sans signe majeur de détérioration. Ce mystère n'étant pas unique dans le monde, la science et la médecine n'émettent que des hypothèses.

personnages163.2.jpg

Sainte-Bernadette
Couvent Saint-Gildard
Nevers (Nièvre)

Photo René Michenet M. O. F.- Nevers-
© Impressions Combier Macon
Collection réservée au couvent Saint-Gildard

   Le 14 juin 1925, le pape Pie XI béatifie Bernadette. On décide alors d'exposer le corps de la religieuse au public. Mais auparavant, il est demandé à un artiste de concevoir un masque de cire pour le visage et un traitement similaire pour les mains. Ensuite la défunte est confinée dans une châsse de verre et de bronze et le reliquaire est transféré dans la chapelle St-Gildard du couvent. Depuis, de nombreux pèlerins et visiteurs viennent se recueillir auprès de Sainte Bernadette.

lourdes73.jpg

Sainte Bernadette dans sa châsse.
Maison Mère des Sœurs de la Charité de Nevers
(1951)

lourdes74.jpg

Chapelle de Sainte Bernadette.
Maison Mère des Sœurs de la Charité de Nevers

   Elle sera déclarée sainte le 8 décembre 1933, toujours sous l'apostolat de Pie XI.

Sources :
  • *1. www.sainte-bernadette-soubirous-nevers.com/bernadette-a-nevers-1866-1879/
  • *2. "Mes Pyrénées de Gavarnie à la Méditerranée"
             Ouvrage de Raymond Escholier, Éditeur B. Arthaud- Grenoble, Paris, 1949
  • img/b1.gif

    img/b2.gif

    img/b3.gif

    fleche_droite_002  Ce site vous a plu ?... Alors n'hésitez pas, ajoutez *Ma collection de cartes postales* dans vos favoris.

    Plan du site


             Mise en page © 2008 Elephorm et Alsacréations - © 2007, C6 Software, Inc. - © 2008-2024, japy-collection

       Les informations sont communiquées, mises à jours et corrigées par l'administrateur du site lui-même. Ne pouvant garantir l'exhaustivité ni l'exactitude de tout le contenu, il ne peut en aucun cas être responsable des conséquences directes ou indirectes liées à leur publication ainsi qu'à leurs utilisations. Merci toutefois de lui signaler toute erreur ou toute omission importante.
       Toute personne, morale ou physique, figurant ou citée sur une page de ce site, peut exercer ses droits d'accès, de modification, de rectification ou de suppression des informations la concernant en me contactant par email.
       Ce site, d'accès totalement libre et gratuit, ne bénéficie d'aucune subvention.