La carte postale :
le trait d'union entre le passé et le présent


Le 23/05/2024 - feed-icon.png

img/allemand.gif img/anglais.gif img/espagnol.gif img/francais.gif img/portugais.gif

Cartes postales de Rimont (suite 2)


Blason-Rimont.jpg

Rimont, village martyr

INFO+img/close_pop.png

Le photographe Jean Dieuzaide

Divers/jeandieuzaide..jpg

Jean Dieuzaide
(1921-2003)

   Jean Dieuzaide est un photographe français, né le 20 juin 1921 à Grenade (Haute-Garonne) et mort le 18 septembre 2003 à Toulouse.
   Il commence son art peu avant la Seconde Guerre mondiale. Il gagne sa renommée en photographiant la Libération de Toulouse et en réalisant à cette occasion le premier portrait officiel du général de Gaulle.
   Il prend ensuite le pseudonyme de Yan jusqu'en 1971, et travaille essentiellement dans le sud-ouest français, en Espagne et au Portugal. Connu au Japon, admiré aux États-unis, il a rayonné tout en restant un photographe « local », dont l'œuvre est à la fois artistique et d'une richesse patrimoniale remarquable. Jean Dieuzaide aura exercé son activité de photographe professionnel pendant 60 ans.

Extraits de " https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Dieuzaide ".

      " Le jeune photographe Jean Dieuzaide "

Le 22 décembre 1944, le jeune reporter photographe Jean Dieuzaide, alors âgé de 23 ans, venait à rimont réaliser son premier reportage en Ariège pour le compte du journal « Debout ». Il prit grand soin de photographier les ruines des habitations afin de témoigner et révéler aux lecteurs un nouvel épisode des forfaitures d'une garnison allemande venue de Saint-Girons.
   Cinq mois plus tard, il retournait dans la localité pour photographier cette fois les travaux de déblayage des décombres par des prisonniers allemands, et des scènes de la vie quotidienne qui, peu à peu, reprenait sa légitimité dans les baraquements provisoirement installés pour les sinistrés.
   En 1950, à l'occasion de la visite du ministre de la reconstruction et de l'urbanisme Eugène Claudius-Petit, il concluait enfin sa mission en effectuant quelques clichés aériens des bâtiments du village récemment reconstruits.

   « Le style austère de ces images reflète, de manière sensible, les conséquences de cette guerre, grâce à la sobriété du noir et blanc et aux multiples angles de vue : à hauteur d'œil, en plongée, en contre plongée et aérienne; nous avons ainsi une idée précise du désastre et des efforts du renouveau. ».
Par Nathalie Garcia, publié le jeudi 4 octobre 2012 à propos de " l'exposition Jean Dieuzaide ", au lycée Gabriel Fauré de Foix .

   Ci-après, d'autres vues des ruines de Rimont.

rimont1944-AA.jpg

Rimont incendié par les Allemands le 21 août 1944
Photo Bataillé, Saint-Girons.

Photo d'un ouvrage à plusieurs feuillets dont la référence m'est inconnue pour le moment.

rimont1944-AB.jpg

Rimont incendié par les Allemands le 21 août 1944
Photo Bataillé, Saint-Girons.

Photo d'un ouvrage à plusieurs feuillets dont la référence m'est inconnue pour le moment.

rimont1944-6.jpg

Rimont
Ruines de l'avenue de la Bielle près de l'église

Photo X
(1944)

rimont1944-10.jpg

Rimont
Hangar et machines agricoles détruits par l'incendie

Photo X
(1944)

rimont1944-11.jpg

Rimont
Toiture métallique d'un hangar tordue et effondrée par la chaleur des flammes

Photo X
(1944)

rimont1944-12.jpg

Rimont
Il ne subsiste plus rien de la maison

Photo X
(1944)

rimont1944-H.jpg

Rimont
Un groupe de sinistrés devant les ruines de la mairie et des écoles

Photo X
(1944)

rimont1944-J.jpg

Rimont
Sur les façades du café-restaurant Font et des immeubles voisins, les treilles ont résisté à l'incendie

Photo X
(1944)

rimont1944-L.jpg

Rimont
Ruines de l'hôtel Bascaing du fond du chemin de la Tranchée

Photo X
(1944)

rimont1944-M.jpg

Rimont
Ruines du quartier de l'église

Photo X
(1944)

rimont1944-O.jpg

Rimont
Ce qui reste du quartier de Tabéou et au fond la route de la gare

Photo X
(1944)

rimont1944-X.jpg

Rimont
Reste du café de la Poste

Photo X
(1944)

rimont1944-Y.jpg

Rimont
Maisons détruites par l'incendie.

Photo X
(1944)

rimont1944-AC.jpg

Rimont en Ariège incendié par les allemands.
Photo X
(1944)

rimont1944-AD.jpg

Rimont incendié par les troupes allemandes lors de leur retraite.
Photo X
(1944)


pochetterimont4.jpg

Pochette de Rimont, village martyr
Les victimes

Farré & fils, imp., Foix


Les victimes

  Paul LAFFONT, sénateur de l'Ariège, assassiné le 13 juillet

INFO+img/close_pop.png

Paul LAFFONT

Divers/laffontpaul..jpg

Paul LAFFONT, tué à 59 ans

   Paul Laffont était un ancien sénateur radical de l'Ariège et président du conseil général de ce département, sous-secrétaire d'État aux PTT de 1921 à 1924 (sous la IIIeme République).
   Le 13 juillet 1944, le GAJS (Groupe d'action pour la justice sociale) du PPF (parti collaborationniste fort actif à Saint-Girons) arriva le matin à Rimont. Ils se présentèrent à la Vignasse, au domicile de Laffont. Après avoir pillé et saccagé la demeure, ils s'emparèrent de Laffont et l'emmenèrent. Torturé puis abattu, son corps fut retrouvé quelques jours plus tard sur le territoire de la commune voisine de Lescure, à Augère.

  LABRO Charles, assassiné le 13 juillet

INFO+img/close_pop.png

LABRO Charles

Divers/labrocharles.jpg

LABRO Charles, tué à 61 ans

   Le 13 juillet 1944, le docteur Charles Labro fut alerté par le bruit chez son voisin et ami Paul Laffont. Il y accourut et fut aussitôt arrêté par le GAJS (Groupe d’action pour la justice sociale) du PPF (parti collaborationniste fort actif à Saint-Girons). Torturé puis abattu, son corps fut retrouvé quelques jours plus tard sur le territoire de la commune voisine de Lescure, à Soueix de las Barthes.

         ...
  ROUSSE Jean, fusillé le 21 août

INFO+img/close_pop.png

ROUSSE Jean

Divers/roussejean.jpg

ROUSSE Jean, tué à 53 ans

   Jean Rousse, cultivateur, résidait au hameau de Pas de la Plagne (commune de Rimont, Ariège).
   Il a été fusillé près de chez lui, en même temps que Louis Soula à proximité de la Plagnote entre le tunnel ferroviaire et la route (axes Foix – Saint-Girons) ; sa ferme a été incendiée après.

  ROUSSE Jean-François, fusillé le 21 août

INFO+img/close_pop.png

ROUSSE Jean-François

ROUSSE Jean-François, tué à 72 ans

   Jean-François Rousse êtait cêlibataire, sans profession (sans doute ancien agriculteur).
   Son corps a êtê retrouvê affaissê au chemin de la Tranchêe, sur une charrue.

  SOULA Louis, fusillé le 21 août

INFO+img/close_pop.png

SOULA Louis

Divers/soulalouis.jpg

SOULA Louis, tué à 44 ans

   Louis Soula était cultivateur au hameau de Terrada (commune de Rimont, Ariège).
Il a été abattu près de la Plagnote, entre la route nationale (aujourd'hui départementale) et le tunnel ferroviaire (trafic ferroviaire supprimé en 1955) en même temps que Jean Rousse.

  Soula Stanislas, fusillé le 21 août

INFO+img/close_pop.png

SOULA Stanislas

Divers/soulastanislas.jpg

SOULA Stanislas, tué à 78 ans

   Stanislas Soula était cultivateur à Rimont.
   Il a été fusillé devant la porte de sa maison au hameau de Lasserre , surpris alors qu'il était en train d'éplucher des pommes de terre.

  SENTENAC Adrien, fusillé le 21 août

INFO+img/close_pop.png

SENTENAC Adrien

SENTENAC Adrien, tué à 71 ans

   Adrien Sentenac, sans profession, était veuf.
   Celui-ci est mort probablement carbonisé sous les décombres de sa maison où il essayait de se cacher.

  SERVAT Joseph, fusillé le 21 août

INFO+img/close_pop.png

SERVAT Joseph

SERVAT Joseph, tué à 56 ans

   Joseph Servat était maître valet de ferme à Tabéou.
   Il a sans doute été fusillé sommairement par les Allemands dans le village qui fut détruit. Son corps a été retrouvé trois semaines plus tard dans les décombres d'un mur d'une grange.

  FORGUES Étienne, fusillé le 21 août

INFO+img/close_pop.png

FORGUES Étienne

Divers/servatjoseph.jpg

FORGUES Étienne, tué à 65 ans

   Étienne Forgues était cultivateur à Rimont. Il résidait à Benet, ferme isolée.
   Il a été fusillé à Mirande (commune de Rimont) alors qu'il venait livrer une vache pour fêter la Libération imminente de la commune.
   Cette personne ne figure pas dans certains rapports sur le combat et destruction de Rimont par les troupes allemandes le 21 août 1944.

  SOUM Antoine, fusillé le 21 août

INFO+img/close_pop.png

SOUM Antoine

Divers/servatjoseph.jpg

SOUM Antoine (dit Jean), tué à 69 ans

   Antoine Soum, agriculteur, résidait dans sa commune natale, au hameau de Calibère, à l'est du village de Rimont.
   Vingt-cinq otages parmi lesquels Antoine Soum furent alignés contre le mur de la maison Cabau (marchand de vins) afin d'être fusillés. Antoine tenta le tout pour le tout. Il s'échappa brusquement, sauta dans un parc en contrebas. Des Allemands et des Turkestanais (communément désignés comme "Mongols") le poursuivirent et l'abattirent à la Baquère au-dessus du Pas-de-la-Plagne.

  COSTES Marc, fusillé le 21 août

INFO+img/close_pop.png

COSTES Marie

Divers/costesmarie.jpg

COSTES Marie, tuée à 77 ans

   Marie Costes, sans profession, demeurait à Rimont.
   Elle a été tuée par une balle perdue (allemande) alors qu'elle fuyait le village. Infirme, elle se trouvait sur un charriot poussé par sa belle-fille.

  ALIO Jean, fusillé le 21 août

INFO+img/close_pop.png

ALIO Jean

Divers/aliojean.jpg

ALIO Jean, tué à 29 ans

   Jean Alio, instituteur des Pyrénées-Orientales en congé de longue maladie (tuberculose), était venu rendre visite à sa femme et à sa fille évacuées de la zone littorale de ce département, comme la plupart des habitants de ces communes maritimes, repliés à l'intérieur de leur département ou dans le département voisin de l'Ariège. Il était présent à Rimont depuis une dizaine de jours.
   xxxx
Pour des informations détaillées, cliquez sur les "sources et liens" en bas de page.

  TOLOMEI Jean-Baptiste, fusillé le 21 août

INFO+img/close_pop.png

TOLOMEI Jean-Baptiste

TOLOMEI Jean-Baptiste, tué à 62 ans

   Jean-Baptiste Tolomei et son épouse résidaient à Collioure (Pyrénées-Orientales) localité maritime de la Côte Vermeille. Comme la plupart des habitants de sa commune, le couple fut évacué de la zone côtière interdite (zone d'opération en prévision d'un éventuel débarquement des forces alliées) et dirigé vers le département voisin de l'Ariège.
   Jean-Baptiste a été capturé devant sa femme et abattu à proximité de La Serre.

         ...
  Yves CABAU, F.F.I., mort en service commandé.

INFO+img/close_pop.png

Cabau Yves

Cabau Yves, tué à 17 ans

   Cabau Yves Ferdinand était né le 17/01/1927 à Montpellier (Hérault 34). Il est Mort pour la France le 23/08/1944 à Rimont. Les circonstances de sa mort ne sont pas précisées.


   NotaLa troisième victime, non combattante, à partir du bas de la liste n'est pas Costes Marc, mais Costes Marie. Elle fut l'unique femme abattue malencontreusement par balle lors de l'attaque allemande dans le village (cf liste).

   Le bilan des pertes humaines civiles aurait pu être plus lourd à propos des otages :
   - Ceux de l'abbaye de Combelongue devaient leur salut à un sous-officier allemand de confession protestante se refusant de les fusiller.
   - À Rimont, dans un groupe de vingt cinq captifs, l'un d'entre-eux put opportunément s'enfuir et, de ce fait, amputer le peleton d'exécution de l'officier allemand et de légionnaires qui partirent à sa poursuite et ne revinrent pas. Déconcertés et sans hiérarchie, le reste des "mongols" décidèrent de déplacer les détenus pour les assembler à un autre groupe. Après avoir subi de pénibles et dangereuses épreuves, tous les otages furent libérés sains et saufs par leurs geôliers "turkestans", tard dans la soirée de ce 21 août.

   Dix maquisards périrent dans les combats autour de Rimont. Quatre appartenaient aux FTPF (Élie Balança, Aimé Delrieu, Florentin Prat, Firmin Respaud ), six à la 3e brigade de l’AGE (Maximo Hinguilde Maseira, Vicente Mira, Ángel Gonzàlez, José Richard et José Ramos) ; deux cadavres de résistants inconnus, probablement des Espagnols, ont été découverts à Rimont le 21 août 1944. Ils avaient probablement été exécutés sommairement quelques semaines auparavant.

   Il faut aussi signaler l'exécution sommaire de 13 Mongols de l'Ostlegion et de 2 Allemands le 22 août 1944, en représailles aux exactions allemandes commises la veille dans la commune de Rimont.

   " Devoir de mémoire... "

Un monument a été édifié à l'entrée de Rimont à proximité de la RD 117. Il commémore les martyrs de Rimont.
   À Castelnau-Durban, une stèle fut érigée, d’une part, à la mémoire de résistants victimes de leur engagement et tués pendant les combats, et d'autre part, de victimes civiles des Allemands, parmi lesquelles les onze exécutés sommaires ou abattus de Rimont.

   Tous les ans, a lieu la cérémonie de commémoration du 21 et 22 août 1944, Rimont village martyr, associé à la commune de Castelnau-Durban.
   L'association « Rimont Patrimoine », en collaboration avec la mairie de Rimont, a réalisé un circuit mémoriel dans le village, en implantant des panneaux explicatifs sur les lieux même des atrocités perpétrées. Cette initiative s'appuie sur des archives (photos, textes, livres) relatifs à cette époque, afin de préserver la mémoire de ces tragiques évènements.

Sources & liens :
  • - Le Maitron, dictionnaire biographique, fusillés, guillotinés, exécutés, massacrés 1940 - 1944 - " Rimont (Ariège), massacre de civils, 21 août 1944 "
       Le site est accompagné par l'association « Pour un Maitron des Fusillés et Exécutés (PMFE) » fondée en 2015 (JO. 12 décembre 2015).
  • - " Il y a 5O ans... 21 et 22 août 1944 - Bataille de Rimont et de Castelnau-Durban ...l'Ariège était libérée " - Plaquette publiée par Claude DELPLA, professeur agrégé d'histoire, ancien correspondant du comité d'histoire de la 2ème Guerre Mondiale, spécialisé dans l'histoire de la résistance et de l'internement. - lmprimerie BARAT, St-Girons, août 1994 - pdf.
  • img/b1.gif

    img/b2.gif

    img/b3.gif

    fleche_droite_002  Ce site vous a plu ?... Alors n'hésitez pas, ajoutez *Ma collection de cartes postales* dans vos favoris.

    Plan du site


             Mise en page © 2008 Elephorm et Alsacréations - © 2007, C6 Software, Inc. - © 2008-2024, japy-collection

       Les informations sont communiquées, mises à jours et corrigées par l'administrateur du site lui-même. Ne pouvant garantir l'exhaustivité ni l'exactitude de tout le contenu, il ne peut en aucun cas être responsable des conséquences directes ou indirectes liées à leur publication ainsi qu'à leurs utilisations. Merci toutefois de lui signaler toute erreur ou toute omission importante.
       Toute personne, morale ou physique, figurant ou citée sur une page de ce site, peut exercer ses droits d'accès, de modification, de rectification ou de suppression des informations la concernant en me contactant par email.
       Ce site, d'accès totalement libre et gratuit, ne bénéficie d'aucune subvention.