La carte postale :
le trait d'union entre le passé et le présent


Le 27/02/2024 - feed-icon.png

img/allemand.gif img/anglais.gif img/espagnol.gif img/francais.gif img/portugais.gif

Cartes postales de Rimont


Blason-Rimont.jpg
rimontA.jpg
Rimont
© Meauxsoone, 10.IX.2007

le charmant petit village de Rimont s'étend en bordure de la RD117 à 10 minutes de Saint-Girons ou 35 minutes de Foix.
   Des amphores gallo-romaines, des pièces de monnaie de l'époque de Charlemagne et la longue histoire de l'abbaye de Combelongue fondée en 1138, confirment l'ancienneté du site. En 1272, son abbé, Bernard, cède la moitié de ses droits à Philippe III le Hardi, roi de France (1270-1285), qui, par ce paréage, devient co-seigneur de Rimont. Dès lors, Rimont est érigé en bastide et le bourg est fortifié sur un tracé linéaire qu'on lui connaît encore de nos jours. Au lieu-dit « Au bout de la ville » se dressaient jadis, une porte, un fossé avec son pont-levis et des restes de fortifications.
   Grâce à son marché et à sa bourgeoisie marchande, Rimont a été un centre industriel important de poteries. Jusqu'à la fin du XIXème siècle, une vingtaine d'ateliers y fabriquaient des poteries en utilisant les marnes de l'Arize.
   Au cours de cette même période, la population de Rimont ne cesse de diminuer. La maladie de la pomme de terre, en 1845, provoque une famine et, en 1854, la grave épidémie de choléra finit de décimer la population. Cette misère incite à une émigration massive; la population passe de 3000 habitants en 1885 à 1200 en 1913. À cette pauvreté vient s'ajouter alors la «guerre des Demoiselles ». Les chartes octroyées sous l'Ancien Régime survivent à la Révolution et les populations de nos montagnes conservent le droit d'affouage, de pacage et de "bois mort". En 1829, le Code forestier pénalise durement tout déboisement intempestif. Les gardes, recrutés par les propriétaires pour la surveillance de leurs forêts, déchaînent la colère des villageois. Des troubles s'ensuivent qui ont duré de nombreuses années.
   Près de l'église de l'Assomption (XVIIème), se trouve le manoir de la Vignasse construit au XVIIème siècle. Ce château a appartenu à Paul Laffont, sénateur de l'Ariège, assassiné le 13 juillet 1944 avec son ami le docteur Léon-Charles Labro, par des membres de la Milice. La commune a particulièrement souffert des affres de la Seconde Guerre mondiale, notamment lors de l'attaque allemande d'août 1944, ce qui lui a valu le statut de village martyr.
   La commune rurale de Rimont compte 532 habitants (2020) qui sont appelés les Rimontais et les Rimontaises.

rimont2.jpg

Rimont (Ariège)- Vue générale
Adrien Sentenac, éditeur
Imp.-phot. A. Thiriat & Cie, Toulouse

rimont15.jpg

L'Ariège
490.- Rimont.- La mairie et l'église

Phototypie Labouche frères, Toulouse
(1923)

rimont1.jpg

Rimont- Avenue de la Gare
Adrien Sentenac, éditeur
Imp.-Phot. A. Thiriat & Cie, Toulouse

rimont3.jpg

Rimont- Place de la halle
Adrien Sentenac, éditeur

rimont6.jpg

Rimont- Champ de Mars
Édit. Sentenac Adrien

rimont7.jpg

L'Ariège pittoresque
Rimont- Place centrale

(1913)

rimont8.jpg

Rimont- Quartier de Tabéou
Édit. Sentenac Adrien

rimont11.jpg

L'Ariège pittoresque- Rimont- Quartier de Tabéou
Épicerie Dat- Rimont
(1940)

rimont13.jpg

Rimont- Rue de la Bielle
Édit. Gouazé
Phototypie ERA- Narbonne

rimont9.jpg

Rimont- Avenue de la Poste
Édit. Gouazé
Phototypie ERA- Narbonne

cvNDToulouse/cvndrimont8.jpg

Colonie de vacances Notre Dame
Les colons de Combelongue défilent dans les rues de Rimont

Imprimerie H. Basuyau & Cie Toulouse

L'abbaye Saint-Laurent de Combelongue

Inscrite aux Monuments Historiques, l'abbaye de Combelongue, entièrement construite en brique rose dans un pays de pierre, est un rare témoin en Ariège de l'influence de style mudéjar (architecture mauresque) dans les constructions occidentales après la reconquête chrétienne. Elle a été fondée en 1138, par Arnaud, Comte de Pallars, seigneur de terres en Espagne et en France. En pèlerinage vers St-Jacques de Compostelle, le roi Louis VII, dit Louis le Jeune, y fait halte en 1154. Lourdement endommagée par la guerre de Cent ans puis par les guerres de religion, elle est complètement dévastée au XVIème siècle par une troupe de protestants. De nouveau pillée et dévastée à la Révolution française, l'abbaye est vendue comme bien national peu après.

cvNDToulouse/cvNDrimont/cvndrimont4.jpg

Rimont
Colonie de vacances Notre-Dame- Chapelle de Combelongue- L'abside du XIIIè siècle

Imprimerie H. Basuyau & Cie Toulouse

   Au début des annés 1900, le site est reconverti en colonie sous le nom de « colonie de vacances Notre-Dame », organisation sous le patronage de la Société St-Vincent-de-Paul, de Toulouse, jusqu'en 1980. Ensuite laissée à l'abandon quelques années, un nouveau propriétaire rachète l'abbaye et son terrain attenant pour la restaurer patiemment depuis 1991.

   L'église abbatiale romane était deux fois plus longue qu'elle ne l'est aujourd’hui : elle atteignait la tour qui flanque les appartements du père abbé. Suite aux destructions, ce logis a d'ailleurs été réaménagé au XVIIIème siècle dans la portion avant (ouest) de l'église. Entre celui-ci et l'église actuelle, la portion médiane de l'église est devenue une cour intérieure. Le remarquable chevet à pans coupés de l’abbatiale mêle un décor typique de l'art roman méridional et des formes d'influences espagnoles, avec ce principe d'encadrement rectangulaire des pans qu'on retrouve dans l'art mudéjar. L'explication se trouve peut-être dans la naissance espagnole du fondateur de Combelongue, qui aurait fait appel à des artisans de sa patrie d'origine pour édifier les bâtiments. Le chevet est percé de trois fenêtres en plein cintre, forme d'arc en demi-cercle privilégiée à l'époque romane, bien que l'on trouve parfois des arcs légèrement brisés. Les baies sont flanquées, à l'intérieur comme à l'extérieur, de colonnettes en brique et surmontées d'un arc décoré de damiers en relief, des billettes, motif que l'on trouve aussi sur les corniches. La sculpture des chapiteaux en pierre rose (fin du XIIème siècle ?) présente des modèles très sobres en accord avec l'austérité de la règle des Prémontrés : motifs géométriques ou végétaux très stylisés. Quelques fragments nous permettent encore d'évoquer le travail des sculpteurs dans l'important cloître, aujourd'hui disparu : un pilier d'angle a été remonté sur le portail actuel, et deux beaux chapiteaux soutiennent encore l'autel dans l'abbatiale. Les entrelacs de l'un présentent une allure quasi mauresque !

rimont5.jpg

Rimont- La route de la gare et l’abbaye de Combelongue
Édition Gouazé
Phototypie Era, Narbonne

rimont4.jpg

Restes de l'ancien couvent des Prémontrés de combelongue, près Rimont (Ariège), XIIIe siècle
Fauré et ses fils, éditeurs, St-Girons et Foix (Ariège)

rimont12.jpg

Rimont- L'ancienne abbaye de Combelongue- Abside de l'église (XIIè siècle)
Phototypie Era, Narbonne
(1951)

rimont14.jpg

Rimont- Intérieur de la chapelle
(1908)

   Aujourd'hui c'est une demeure privée entourée de jardins labellisés « Jardin Remarquable », l'ensemble ouvert à la visite. Elle sert également de cadre à des manifestations culturelles. La bâtisse dispose de chambres d'hôtes et peut aussi accueillir des cérémonies. À l'abbatiale, les offices religieux ont repris et chaque année pour la Saint Laurent, au mois d'août, une messe y est traditionnellement célébrée.

Sources & liens :
  •   - Association Festival du Comminges - " www.festival-du-comminges.com/abbaye-saint-laurent-de-combelongue-de-rimont ".
  •   - Abbaye de Combelongue : contact et accès, monument, jardins, locations - " www.abbayedecombelongue.fr ".
  • img/b1.gif

    img/b2.gif

    img/b3.gif

    fleche_droite_002  Ce site vous a plu ?... Alors n'hésitez pas, ajoutez *Ma collection de cartes postales* dans vos favoris.

    Plan du site


             Mise en page © 2008 Elephorm et Alsacréations - © 2007, C6 Software, Inc. - © 2008-2024, japy-collection

       Les informations sont communiquées, mises à jours et corrigées par l'administrateur du site lui-même. Ne pouvant garantir l'exhaustivité ni l'exactitude de tout le contenu, il ne peut en aucun cas être responsable des conséquences directes ou indirectes liées à leur publication ainsi qu'à leurs utilisations. Merci toutefois de lui signaler toute erreur ou toute omission importante.
       Toute personne, morale ou physique, figurant ou citée sur une page de ce site, peut exercer ses droits d'accès, de modification, de rectification ou de suppression des informations la concernant en me contactant par email.
       Ce site, d'accès totalement libre et gratuit, ne bénéficie d'aucune subvention.