La carte postale :
le trait d'union entre le passé et le présent


Le 18/06/2021 - feed-icon.png

img/allemand.gif img/anglais.gif img/espagnol.gif img/francais.gif img/portugais.gif

Cartes postales des petits métiers d'autrefois (suite 2)

Les porteurs de glace

En ce début de vingtième siècle, durant la période estivale, quelques valeureux hommes arpentent la nuit, à la lueur des étoiles, les pentes d'une montagne toute proche accompagnés d'un cheval ou d'un âne qu'ils attacheront à une cabane d'estive pour poursuivre, seuls, jusqu'aux névés situés aux alentours de 2000 mètres d'altitude dans une combe très froide où le soleil ne frappe pas.
   Ceux sont les porteurs de glace, petit métier hors du commun aujourd'hui disparu. Arrivés sur les lieux, munis d'une simple hache ils découpent un bloc de glace de 25 kilos environs qu'ils enveloppe dans un sac de jute garnis de sciure pour isoler la matière. Le sac reposant sur le dos, les porteurs redescendent le plus vite possible car malgré les précautions, le précieux chargement fond inévitablement durant le transport.
   De retour au village, au petit matin, les blocs sont immédiatement expédiés chez les restaurateurs, bouchers et autres pour que ceux-ci assurent à leurs clientèles des produits parfaitement frais.

pyrenees11.jpg

N°18 scènes méridionales
Montagnards pyrénéens porteurs de glace
Le bloc de glace était enfoui dans un immense sac qui reposait sur la tête et le dos du porteur que protégeait une peau de mouton.

Collection Claude Bailhé
Tiré du livre "Les Pyrénées au temps des montreurs d'ours" (Ed. Milan)
Editions F. Loubatières, Toulouse
(reproduction)

pyrenees11.1.jpg

Types pyrénéens
381.- Montagnards porteurs de glace

Phototypie Labouche frères, Toulouse
(1946)

La photographie a été prise sur le pont du Garbet, à Aulus-les-Bains, près de l'hôtel du Midi, en 1905.
   L'identité des deux personnages est :

   C'est au pied du Mont Rouch français (2868 m) ou des névés de la Pique ( Mont-Béas ) plus proche d'Aulus-les-Bains, que ces fameux porteurs de glace partent chercher les blocs de glace. Bien que dangeureuse et éreintante, cette activité leur assure durant l'été un indispensable complément pécuniaire, pourtant fort modeste. Leur tâche terminée, chacun repartait exercer leur métier principal, agriculteur, éleveur ou ouvrier.

Le bouilleur de cru

Le bouilleur ambulant est celui qui distille pour le compte des bouilleurs de cru (propriétaires qui récoltent les fruits de leurs vergers). Certains bouilleurs de cru disposaient d'un privilège qui leur allouait en franchise 20 litres à 50°. Ce droit qui remontait au premier empire, n'est plus héréditaire depuis la loi du 30 août 1960.
   Ce privilège a disparu fin 2007. Aujourd'hui, tout citoyen peut distiller ses fruits pour faire son eau de vie.
   Pour 1 litre d'alcool à 50°, 3,60 euros sont taxés par les douanes et 4 euros sont dûs au bouilleur ambulant pour la façon (tarif 2008).
   Cette production "marginale et familiale" ne peut être vendue !

metiers47.jpg

L'Ariège pittoresque
Massat- Type du pays- Un bouilleur de cru

Fauré et ses fils, phot-édit, St-Girons (Ariège)
(reproduction)

metiers23.jpg

Bouilleur de cru
Bourgogne d´hier et d´aujourd´hui
N°5- Le père Lobbe. Brandevinier

Civry (Édition- Diffusion) 89200 Avallon- 1979

metiers47.jpg

M. Peyronnie Hervé- Bouilleur ambulant
92.1. 13 novembre 1991
L'alambic à Vernajoul (09)

Phot. édit. Roux-Siret, 09120 Dalou

Une équipe de bouilleurs de cru.

metiers94.1.jpg

88.108- Le bouilleur de cru
Série de 6 cartes postales (n°1)
L’Alambic...
(cf texte ci-dessous)
Cliché : Claude FAGÉ- Le 14 décembre 1987
Les éditions Claude Fagé © - 71100 Chalon-sur-Saône- Imprimerie I.C.O. Dijon
Impression : janvier 1988
Tirage limité à 500 ex. N°223

   L’Alambic (cornue, perfectionnée), mis au point au moyen âge par les arabes. Le plus vieux, connu, remonte à 3500 avant notre ère sous forme de vase en céramique. Il fut découvert sur le site mésopotamien : TEPE-GAWRA au nord de l'Irak.

Principe de fonctionnement : Appareil muni d’un générateur à vapeur, de 3 vases en cuivre destinés à recevoir les matières premières (fruit, marc, raisin fermenté) et d'un rectificateur qui sert à concentrer les vapeurs d'alcool qui seront refroidies par eau sur un serpentin. D'où liquéfaction de la vapeur (pression chaudière 6 à 7 kg, pression vases 1,5 kg).

metiers94.2.jpg

88.109- Le bouilleur de cru
Série de 6 cartes postales (n°2)
Le bouilleur...
(cf texte ci-dessous)
Cliché : Claude FAGÉ- Le 14 décembre 1987
Les éditions Claude Fagé © - 71100 Chalon-sur-Saône- Imprimerie I.C.O. Dijon
Impression : janvier 1988
Tirage limité à 500 ex. N°223

   Le bouilleur de cru existait librement sous l'ancien régime (impôt spécial). Fut aboli sous la révolution et rétablit à des fins politiques par Napoléon 1er en 1808 ; leur privilège qui était héréditaire, a été supprimé par l'ordonnance du 29-11-1960. Il n'est plus transmissible qu'à la veuve.

Pour être distillateur ou bouilleur de cru, il faut l'autorisation des impôts indirects et un casier judiciaire vierge.

metiers94.3.jpg

88.110- Le bouilleur de cru
Série de 6 cartes postales (n°3)
M. Georges METY...
(cf texte ci-dessous)
Cliché : Claude FAGÉ- Le 14 décembre 1987
Les éditions Claude Fagé © - 71100 Chalon-sur-Saône- Imprimerie I.C.O. Dijon
Impression : janvier 1988
Tirage limité à 500 ex. N°223

   M. Georges METY travaille avec M. FETAT (un des rares distillateur de Saône-et-Loire) depuis 1980. Il procède là au chargement des vases qui resteront sous pression 20 mn.

Le produit de distillation est mis en bonbonne avec une étiquette pour le nom du propriétaire et le degré d'alcool, afin de permettre le contrôle du service des fraudes et des impôts indirects.

D'où un impératif : les propriétaires ne peuvent récupérer leur eau de vie qu'à partir de 18 heures.

metiers94.4.jpg

88.111- Le bouilleur de cru
Série de 6 cartes postales (n°4)
M. Alain Volage...
(cf texte ci-dessous)
Cliché : Claude FAGÉ- Le 14 décembre 1987
Les éditions Claude Fagé © - 71100 Chalon-sur-Saône- Imprimerie I.C.O. Dijon
Impression : janvier 1988
Tirage limité à 500 ex. N°223

   M. Alain Volage travaille depuis cette année avec M. FETAT.

Il mesure là, le degré d'alcool à l'aide un thermomètre et d'un alcoomètre.

Ceci est important, car tout est inscrit sur le « cahier de distillation » : le nom du propriétaire, l'heure de chargement et de déchargement, la matière première employée, le degré et la quantité d'eau de vie produite.

metiers94.5.jpg

88.112- Le bouilleur de cru
Série de 6 cartes postales (n°5)
M. Urbain FETAT. Lacrost par Tournus (Saône-et-Loire)...
(cf texte ci-dessous)
Cliché : Claude FAGÉ- Le 14 décembre 1987
Les éditions Claude Fagé © - 71100 Chalon-sur-Saône- Imprimerie I.C.O. Dijon
Impression : janvier 1988
Tirage limité à à 500 ex. N°223

   M. Urbain FETAT. Lacrost par Tournus (Saône-et-Loire) M. FETAT est né le 4 mai 1908. À son retour du régiment , il achète cet alambic, enregistré sous le n° 71-2675. « Carte de la Régie » de l'année 1911.

Le produit de distillation est mis en bonbonne avec une étiquette pour le nom du propriétaire et le degré d'alcool, afin de permettre le contrôle du service des fraudes et des impôts indirects.

Il reste encore en Saône-et-Loire une dizaine de distillateurs. Ceux-ci ne travaillent que 50 jours par an de village en village, le reste de l'année, ils sont pour la plupart, cultivateurs.

M. FETAT et ses Aides distillent, entre 6 h et 18 h, environ 200 l, sauf le dimanche, le bureau de la régie étant fermé.

metiers94.6.jpg

88.113- Le bouilleur de cru
Série de 6 cartes postales (n°6)
La recette...
(cf texte ci-dessous)
Cliché : Claude FAGÉ- Le 14 décembre 1987
Les éditions Claude Fagé © - 71100 Chalon-sur-Saône- Imprimerie I.C.O. Dijon
Impression : janvier 1988
Tirage limité à 500 ex. N°223

   La recette : Après avoir ramassé des fruits de préférence bien mûrs, les écraser dans un récipient et laisser la fermentation pendant environ 1 mois ou plus dans un local à 15° constant (ajouter si besoin un peu d'eau). Remuer de temps en temps et toujours fermer hermétiquement.

100 l de prunes vous donneront environ 12 l d’alcool à 50° ; 100 l de pommes : 8 l d'alcool à 50°.

Époque : novembre – décembre.

ATTENTION : … Il vous faut un privilège … !

img/b1.gif Page précédente

img/b2.gif
Haut page

fleche_droite_002  Ce site vous a plu ?... Alors n'hésitez pas, ajoutez *Ma collection de cartes postales* dans vos favoris.

Plan du site


         Mise en page © 2008 Elephorm et Alsacréations - © 2007, C6 Software, Inc. - © 2008-2021, japy-collection

         Les informations sont communiquées, mises à jours et corrigées par l'administrateur du site lui-même. Ne pouvant garantir l'exhaustivité ni l'exactitude de tout le contenu, il ne peut en aucun cas être responsable des conséquences directes ou indirectes liées à leur publication ainsi qu'à leurs utilisations. Merci toutefois de lui signaler toute erreur ou toute omission importante.
         Toute personne, morale ou physique, figurant ou citée sur une page de ce site, peut exercer ses droits d'accès, de modification, de rectification ou de suppression des informations la concernant en me contactant par email.
         Ce site, d'accès totalement libre et gratuit, ne bénéficie d'aucune subvention.