La carte postale :
le trait d'union entre le passé et le présent


Le 17/06/2024 - feed-icon.png

img/allemand.gif img/anglais.gif img/espagnol.gif img/francais.gif img/portugais.gif

L'usine métallurgique de Pamiers (suite 1)

up4.jpg

125-Pamiers- Les usines métallurgiques
Phototypie Labouche frères, Toulouse

Le 13 décembre 1820, Jean-Batisde Sans négociant à Toulouse, associé de Barthélémy Morlière, notaire habitant Pamiers, démarrent la petite «usine Sainte-Marie» installée sur la Promenade des Carmes proche du site actuel. Augustin Abat, propriétaire des prairies environnantes et de la forge d'Orlu, les rejoindra quelques mois plus tard. L'usine connaitra un rapide développement.

up9.jpg

Pamiers- L´Ariège et les usines

up9.jpg

L´Ariège
1553.- Pamiers- Vue prise du quartier Lafitte et les usines

Phototypie Labouche frères, Toulouse

up1.jpg

135-Pamiers (Ariège)- Usine métallurgique- La sortie
D.F.P

   Le bâtiment de l'usine métallurgique de Sainte-Marie de Pamiers en 1918.

up3.jpg

136-Pamiers (Ariège)- Usine métallurgique- Sortie de l'usine
D.F.P

up2.jpg

133-Pamiers (Ariège)
Extérieur de l'usine

D.F.P

Le laboratoire

up5.jpg

L´Ariège
121.- Pamiers- Le grand moulin sur l´Ariège

Phototypie Labouche frères, Toulouse

Le laboratoire de chimie de l'usine a été installé dès le début du 20ème siècle au Moulin du Pont Neuf, situé à l'extrémité de la Promenade des Carmes, aujourd'hui Boulevard de la Libération.
         Dans les années qui suivirent, d'autres services de l'usine devaient aussi s'installer dans les bâtiments de l'ancien moulin: les services techniques métallurgiques, le service des essais mécaniques, le laboratoire des traitements thermiques, les service des contrôles. Tandis que dans des bureaux du bas étaient installés les contrôleurs de l'armement, et de la SNCF.
         C'est à partir des années 60 que les locaux seront abandonnés progressivement et cédés à la ville.
         Aujourd'hui, les bâtiments, entièrement réhabilités, abritent la nouvelle école des Carmes et du Pont Neuf.

"L'USINE DE PAMIERS, toute une vie"(*1)

up7

L'Ariège
121.- Pamiers.- Le moulin du Pont-Neuf

Phototypie Labouche frères- Toulouse
(1907)

up8.jpg

L'Ariège
1124- Pamiers.- Les bords de l’Ariège et le grand moulin

Phototypie Labouche frères- Toulouse
(1916)

up13

Pamiers – L'usine métallurgique- Le laboratoire de chimie
Poujol, éditeur

up15.jpg

Pamiers- Usine métallurgique- Vue extérieure des laboratoires
Poujol, éditeur
(1914)

Les ateliers

up18.jpg

Pamiers- Usine métallurgique- Montage
Poujol, éditeur
(1915)

L'usine de Pamiers, comme la plupart des industries françaises, collabore activement à l'effort de guerre en 1914-1918.
         Le 09 décembre 1915, monsieur "D." envoie une carte postalemilitaire à un ami. D'après sa correspondance, il viendrait du 78ème Régiment Territorial, Cie de Mitrailleurs, secteur 151. Il travaillait certainement dans les bureaux car il demande à son ami de donner le bonjour à tous les camarades en pensant qu'ils sont toujours tranquilles. Quoiqu'il en soit, il est clair qu'il travaille depuis peu à l'usine, suite sans doute à une mutation ou une reconversion.
         «[...]Me voici à mon nouveau métier et tu peux croire qu'on ne s'y amuse pas. Jour et nuit, tout marche. C'est la production intensive d'obus de tous calibres, principalement les 220 en acier et 75. Un peu dur pour commencer mais on se fait à tout.[...]»
         Patriote et peut être conscient que sa condition n'est après tout pas si défavorable, notre correspondant écrit sur le recto:
         «Les poilus peuvent compter sur nous. On travaille dur.      G. D.»

up16.jpg

Pamiers- Usine métallurgique- La salle d'exposition
Poujol, éditeur
(1918)

up19.jpg

Pamiers – L'usine métallurgique- L'aciérie- La coulée
Poujol, éditeur
(1917)

up11.jpg

Pamiers – L'usine métallurgique- Fonderie de fontes- La coulée dans les moules
Poujol, éditeur

up12.jpg

Pamiers – L'usine métallurgique- L'aciérie- La coulée dans les lingotières
Poujol, éditeur

up14.jpg

Pamiers – L'usine métallurgique- Les laminoirs
Poujol, éditeur

up20.jpg

Pamiers- Usine métallurgique- Atelier des pilons
Poujol, éditeur
(1915)

Durant de nombreuses années, les Appaméens sont habitués d'entendre, surtout la nuit, le bruit sourd du marteau-pilon de 16 tonnes.
         C'était fin des années soixante dix, je me rendais chez ma mère vers midi pour y manger. Elle habitait, depuis peu, un appartement du troisième étage dans un des bâtiments du Pont-Neuf juste en face de l'usine. Nous nous installons à la salle à manger et commençons à nous restaurer tranquillement en bavardant et en regardant par moment les informations à la télévision. Soudain les verres de cristal installés dans la vitrine se mirent à tinter, le sol, les murs et quelques mobiliers à vibrer. Sur le moment, je restais pantois me demandant si je rêvais et ce qui pouvait bien arriver. Je jetais des regards inquiets et furtifs tout autour de moi car l'idée d'un tremblement de terre traversa mon esprit. Oui mais voilà, les trépidations semblaient trop rytmées ou même, contrôlées. Je compris enfin que cela était causé par la frappe du marteau-pilon de l'usine que les ouvriers actionnaient à l'atelier forge-estampage. D'ailleurs le regard amusé de ma mère me confirma la conclusion. Je me mis à rire et devinant que j'avais saisi la situation, elle me dit: « -Ça fait une drôle de sensation au début, mais on s'y habitue vite. ».

Sources :
  • *1. "L'USINE DE PAMIERS, toute une vie" de Pascale Roubichou - Dépôt légal 2001- Copyright © Pascale Roubichou 2001- ISNB 2-9516490
  • img/b1.gif

    img/b2.gif

    fleche_droite_002  Ce site vous a plu ?... Alors n'hésitez pas, ajoutez *Ma collection de cartes postales* dans vos favoris.

    Plan du site


             Mise en page © 2008 Elephorm et Alsacréations - © 2007, C6 Software, Inc. - © 2008-2024, japy-collection

       Les informations sont communiquées, mises à jours et corrigées par l'administrateur du site lui-même. Ne pouvant garantir l'exhaustivité ni l'exactitude de tout le contenu, il ne peut en aucun cas être responsable des conséquences directes ou indirectes liées à leur publication ainsi qu'à leurs utilisations. Merci toutefois de lui signaler toute erreur ou toute omission importante.
       Toute personne, morale ou physique, figurant ou citée sur une page de ce site, peut exercer ses droits d'accès, de modification, de rectification ou de suppression des informations la concernant en me contactant par email.
       Ce site, d'accès totalement libre et gratuit, ne bénéficie d'aucune subvention.