La carte postale :
le trait d'union entre le passé et le présent


Le 27/07/2021 - feed-icon.png

img/allemand.gif img/anglais.gif img/espagnol.gif img/francais.gif img/portugais.gif

Cartes postales de Pamiers


pamiers34.jpg
pamiers32.jpg
Vue générale

Surnommée "la ville aux trois clochers", Pamiers est la principale ville de l'Ariège avec ses 13 417 habitants. Ceux-ci sont appelés les Appaméens et les Appaméennes. Consultez ce site Pamiers monuments qui décrit magnifiquement la riche histoire de cette cité avec ses nombreux monuments.

Devises anciennes:
- Sic incolumen me fata reservant (les destins me gardent ainsi saine et sauve)
- Qui ma feyt me gardo (qui m'a fait me garde)




pamiers20.jpg

Un bonjour de Pamiers
1100-Pamiers (09)
Les "3 clochers":
   - Notre Dame du Camp (XIVè s.)
   - La cathédrale Saint-Antonin (XIIè-XIVè s.)
   - Le clocher des Cordeliers (XIIIè-XVIIè s.)
   - La Dame Blanche des jardins de Pamiers
   - La place de la République
   - Le buste du compositeur Gabriel Fauré

Éditions d'Arts Larrey, Toulouse

pamiers21.jpg

12.491-Pamiers (Ariège)
Vue générale aérienne- Au fond, les Pyrénées enneigées

Société des cartes postales "APA-POUX", Albi

pamiers22.jpg

123-Pamiers (Ariège)- Les trois clochers
Sté des cartes postales APA-POUX, Albi

pamiers59.jpg

L´Ariège
651.- Pamiers- Vue panoramique

Phototypie Labouche frères, Toulouse
(1930)

pamiers15.jpg

113-Pamiers (Ariège)
Rue frédéric Soulié

D.F/P

pamiers24.jpg

L' Ariège
611-Pamiers- Allée Boulbonne et église du camp

Phototypie Labouche frères, Toulouse

   Le 23 décembre 1897, le conseil municipal avait voté l'élargissement de la rue des Carmes entre la halle et la rue Rampante, celle-ci étant l’une des rues les plus fréquentées de la ville, surtout par les ouvriers de l'usine et les charrois. L'opération concernait six maisons entre la place des Carmes et le canal ainsi que la maison Marotte à l'entrée de la rue, à coté de la halle aux grains.
   Après enquête d'utilité publique, le projet fut finalement adopté en février 1899. Les maisons furent rasées et la rue agrandie.

pamiers47.jpg

Pamiers- Banque de France et rue du Porche
Phototypie Cancel- Pamiers

pamiers14.jpg

L' Ariège
127-Pamiers- Le tribunal

Phototypie Labouche frères, Toulouse

pamiers55.jpg

Pamiers (Ariège)
La piscine

Arch. : M. Marcel Bonis, D.P.L.G.- Pamiers Combier imprimeur Macon (71, S.-&-L.)
« CIM »
Copyright by S.P.A.D.E.M.- 37
E 09.225.00.0.0003

pamiers4.jpg

L' Ariège
115-Pamiers- Le canal

Phototypie Labouche frères, Toulouse
(1902)

pamiers66.jpg

527.- Pamiers- La place des Jacobins
Phototypie Labouche frères, Toulouse
(1906)

pamiers67.jpg

Pamiers- La place des Vékisses
Pujol, éditeur
(1916)

pamiers62.jpg

L´Ariège
1548.- Pamiers- Rue des Nobles

Phototypie Labouche frères, Toulouse
(1925)

pamiers73.jpg

Pamiers.- La rue Major
Celty
(1938)

pamiers77.jpg

Cathédrale de Pamiers (Ariège)- L´intérieur
CIM
Combier imp. Macon

pamiers110.jpg

L´Ariège
610.- Pamiers.- Le collège

Phototypie Labouche frères, Toulouse
(1915)

pamiers80.jpg

125. Pamiers (Ariège)- Rue Saint-Antonin- D.F.P.
Offert par la ville de Pamiers- La Dépêche

pamiers83.jpg

L'Ariège
292.- Pamiers- Promenade du Castella

Phot. Labouche fr.- Toulouse

pamiers84.jpg

130. Pamiers (Ariège)
Rue du Castella

D F. P.
(1927)

pamiers86.jpg

Pamiers- La place de la Volaille
Imprimerie A. Thiriat & Cie Toulouse

pamiers101.jpg

L'Ariège
1549.- Pamiers.- Fontaine du Touronq

Phototypie Labouche frères, Toulouse

   Dans les années 1970, la réalisation du percement du boulevard Delcassé a ammené la disparition complète du lavoir et de la fontaine qui alimentait le petit canal visible sur le cliché.
   Sur la gauche, jouxtant le parc, se dresse un ancien bâtiment municipal qui fut un temps la loge du concierge du parc. Depuis, l'Office du Tourisme s'y est installé.

pamiers51.jpg

25- Pamiers- Place de l'ancienne mairie- Théâtre
J. Azéma- Pamiers
(1903)

pamiers120.jpg

Pamiers.- Place de l'Hôtel de Ville
L. Narbonne, Pamiers
(1909)

   Un espace appelé « les Capellas » existait déjà au Moyen Âge, au pied du rempart ceinturant le quartier du Mercadal.
   Le bâtiment dit des Capelles est construit sous le Second Empire avec le projet d'y installer une « salle d'asile », l'équivalent de nos classes maternelles. Achevé après quelques difficultés financières, il abrite, durant quelques mois de 1870, une « succursale » de l'école des Frères des écoles chrétiennes. En 1871, lors des troubles du mois de mai en liaison avec le déclenchement de la Commune de Paris, le préfet de l'Ariège fait installer des troupes dans ces locaux tout neufs afin de garder la population appaméenne sous surveillance.

pamiers85.jpg

122. Pamiers (Ariège)- Place de l´hôtel de ville- D.F.P.
(1927)

   Le calme revenu, les Capelles sont confiées à l'école communale laïque, ce qui déclenche des conflits entre la nouvelle municipalité, républicaine, et le groupe religieux dont la mainmise sur l'enseignement primaire à Pamiers est prégnante. En dépit des protestations du clergé, soutenu par les conseillers municipaux conservateurs, les salles des Capelles demeurent « salle d'asile » municipale laïque pour accueillir les premiers « asilous ». Elles garderont cette fonction jusqu'en 1931. À partir de cette date, le commissariat s'y installe, de concert avec la justice de paix dans l'aile sud. Deux services qui ont perduré jusque dans les années 1980.

L'hôtel de ville et le parc

En arrière plan, la maison fortifiée sert de résidence au comte de Foix lors de ses séjours à Pamiers au XIVème siècle. Elle appartient à Pierre Fléquier, premier bourgeois de la ville: notaire, syndic, procureur du comte de Foix et son bailleur de fond. Au début du siècle, le bâtiment et son grand jardin deviennent la propriété des Duchalonge. Il fait de celui-là son hôtel particulier. En 1902, la ville se porte acquéreur de l'ensemble et ce n'est que l'année suivante qu'il devient officiellement la mairie accompagnée de son magnifique parc municipal.
   En 1981, la mairie est déplacée et le vétuste bâtiment est destiné à recevoir la bibliothèque municipale implantée dans une pièce exigüe. Ce n'est qu'en 2001, après des projets et des transformations que la médiathèque ouvre ses portes à son public sur 1200 mètres carrés et 4 niveaux, avec une équipe de 15 agents.

pamiers18.jpg

115-Pamiers (Ariège)- Jardin de l'hôtel de ville
Sté des cartes postales APA-POUX, Albi

pamiers19.jpg

115-Pamiers (Ariège)- Jardin de l'hôtel de ville
Sté des cartes postales APA-POUX, Albi

pamiers17.jpg

113-Pamiers (Ariège)- Hôtel de ville et un coin du parc
Sté des cartes postales APA-POUX, Albi

pamiers100.jpg

L'Ariège
530.- Pamiers.- Un coin du parc

Phototypie Labouche frères, Toulouse
(1918)

pamiers87.jpg

(Ariège) Pamiers- Le parc
Coll. Poujol-Morlan

pamiers88.jpg

Pamiers- Le bassin du parc de l´Hôtel de ville
Imprimerie-librairie A. Galy
Semi-aquarelle A. Breger frères, Paris- Déposé

pamiers99.jpg

L'Ariège
295.- Pamiers.- Nouvelle mairie et parc

Phototypie Labouche frères, Toulouse

pamiers107.jpg

L'Ariège
413.- Pamiers
Façade de la mairie

Phototypie Labouche frères, Toulouse
(1907)

img/b1.gif Page précédente

img/b2.gif
Haut page

Page suivante img/b3.gif

fleche_droite_002  Ce site vous a plu ?... Alors n'hésitez pas, ajoutez *Ma collection de cartes postales* dans vos favoris.

Plan du site


         Mise en page © 2008 Elephorm et Alsacréations - © 2007, C6 Software, Inc. - © 2008-2021, japy-collection

         Les informations sont communiquées, mises à jours et corrigées par l'administrateur du site lui-même. Ne pouvant garantir l'exhaustivité ni l'exactitude de tout le contenu, il ne peut en aucun cas être responsable des conséquences directes ou indirectes liées à leur publication ainsi qu'à leurs utilisations. Merci toutefois de lui signaler toute erreur ou toute omission importante.
         Toute personne, morale ou physique, figurant ou citée sur une page de ce site, peut exercer ses droits d'accès, de modification, de rectification ou de suppression des informations la concernant en me contactant par email.
         Ce site, d'accès totalement libre et gratuit, ne bénéficie d'aucune subvention.