La carte postale :
le trait d'union entre le passé et le présent


Le 07/07/2020 - feed-icon.png

Allemand Anglais Espagnol Français Portugais

Cartes postales de Quié

Vue générale de Quié
Vue générale de Quié
Photo : Alain B.

Blotti au pied du « Quier » ou « Ker » signifiant rocher, le site du village de quié, et de ses alentours, a été très tôt occupé par les hommes. La grotte de Sakanie située sur le territoire de la commune révéla au cours de fouilles, la présence prolongée d'une peuplade dès l'époque de l'âge de pierre taillée (70 000 à 40 000 ans av. JC). La découverte de vestiges gallo-romains dans les ruines du château atteste encore une des invasions étrangères que subit la région.
         La communauté de Quié était le chef lieu de la châtellenie du même nom qui s'étendait jusqu'à l'entrée du pont de Tarascon (« le bout du pont »), actuel quartier de Sainte-Quitterie et le quartier Saint-Roch.
         D'après un acte d'union daté de 1300, Roger Bernard IV , comte de Foix, annexe au profit de la ville de Tarascon sur Ariège le faubourg de Sainte-Quitterie. Mais les consuls de Tarascon ambitionnaient d'étendre leur consulat encore plus loin. Après de nombreux efforts, ils réussirent au XVIIème siècle de s'enfoncer dans la juridiction de Quié. Ainsi, peu à peu, celle-ci perdit son droit caritatif sur le quartier Saint-Roch.
         Le village ne possède pas d'église. En effet, en 1772, une inondation détruit l'édifice religieux et la demande de sa reconstruction n'aura aucune suite.

Aujourd'hui, l'espace entre Tarascon et Quié est comblé; urbanisation oblige. Le village de Quié compte 313 habitants (2012) qui sont appelés les Quiétois et les Quiétoises.

Les Pyrénées ariégeoises- 593.- Tarascon.- Faubourg Ste-Quitterie- Au fond, le village de Quié

Les Pyrénées ariégeoises
593.- Tarascon.- Faubourg Ste-Quitterie
Au fond, le village de Quié

Phot. Labouche fr.- Toulouse (*1)>

Les Pyrénées Ariégeoises- 545.- Tarascon- Quié.- Vue générale

Les Pyrénées Ariégeoises
545.- Tarascon- Quié.- Vue générale

Phototypie Labouche frères- Toulouse (*2)>

5. Tarascon-sur-Ariège- Vue générale de Quié

5. Tarascon-sur-Ariège- Vue générale de Quié
APA
Phototypie Tarnaise- Albi
Edition Calvet

xxxxxxxx

À propos du château de Quié

Louis-François Lejeune, «La fête du feu au village de quiet»(*1)

La seigneurie de Quié a été un fief parmi les plus anciens et les plus puissants du comté de Foix. Son château est mentionné dès le XIIè siècle sous le nom de « castro de Cher ». Aujourd'hui, le castel a totalement disparu. Cependant, grâce à une peinture à l'huile exécutée par le peintre général baron d'Empire Louis-François Lejeune appelée « La fête du feu au village de quiet » (certainement la Saint-Jean), datée du 1er avril 1841 à toulouse, nous pouvons avoir une certaine idée de sa représentation. Construit sur un éperon rocheux, le château contribuait avec celui de Tarascon qui lui faisait face, à défendre le passage étroit que forme la vallée en ce lieu.

Sources :
  • *1. Collection personnelle d'Alain B.
  • *2. Collection personnelle d'Alain Alberto
  • img/b1.gif Page précédente

    img/b2.gif
    Haut page

    Page virtuelle img/b4.gif

    fleche_droite_002  Ce site vous a plu ?... Alors n'hésitez pas, ajoutez *Ma collection de cartes postales* dans vos favoris.

    Plan du site


             Mise en page © 2008 Elephorm et Alsacréations - © 2007, C6 Software, Inc. - © 2008-2020, japy-collection

             Les informations sont communiquées, mises à jours et corrigées par l'administrateur du site lui-même. Ne pouvant garantir l'exhaustivité ni l'exactitude de tout le contenu, il ne peut en aucun cas être responsable des conséquences directes ou indirectes liées à leur publication ainsi qu'à leurs utilisations. Merci toutefois de lui signaler toute erreur ou toute omission importante.
             Toute personne, morale ou physique, figurant ou citée sur une page de ce site, peut exercer ses droits d'accès, de modification, de rectification ou de suppression des informations la concernant en me contactant par email.
             Ce site, d'accès totalement libre et gratuit, ne bénéficie d'aucune subvention.